Palmarès des « 6 heures »

 

 

1967       DEMOURY-DEMOURY (FRANCE) - Classe 1

1969       LINDERMANN-BERLAIMONT (RFA-BELGIQUE) - Classe 1

1970       LINDERMANN-BERLAIMONT (RFA-BELGIQUE) - Classe 1

1972       MOREL-OCTOR (FRANCE) - Classe 3

1973       MOREL-OCROR (FRANCE) - Classe 3

1974       HOUTSEAGER-DUMONT (BELGIQUE) - Classe 3

1975       HOUTSEAGER-DUMONT (BELGIQUE) - Classe 3

1976       GRIMONPONT-DESCAMPS (FRANCE) - Classe 3

1977       HOUTSEAGER-DUMONT (BELGIQUE) - Classe 3

1978       HOUTSEAGER-DUMONT (BELGIQUE) - Classe 3

1979       LAMBERT-P.GIRET (FRANCE) - Classe 3

1980       LAMBERT-P.GIRET (FRANCE) - Classe 3

1981       LAMBERT-P.GIRET (FRANCE) - Classe 3

1982       COUNE-DUMONT (BELGIQUE) - Classe 3

1983       LAMBERT-GIRET (FRANCE) - Classe 3

1984       EICKSTADT-GRIMONPONT (RFA-FRANCE) - Classe 3

1985       DEBEAUMONT-WATERHOUSE (FRANCE-GB) - Classe 3

1986       VERCAMEN-AMEELE (BELGIQUE) - Classe 3

1988       BERRY-HANSEN (FRANCE-RFA) - Classe 3

1989       HAZARD-CROMBE (FRANCE) - Classe 3

1991       VERCAMEN-WYCKMANS (BELGIQUE) - Classe 3

1992       LAMBERT-PILLE (FRANCE) - Classe 3

1993       BERRY-MALFOY (FRANCE) -Classe 3

1994       ALLEMERCH-AMEELE (BELGIQUE) -Classe 2

1995       LAMBERT- LEFEBVRE (FRANCE) - Classe 3

1996       non homologué

1997       AMEELE- DEZEURE (BELGIQUE) - Classe 3

1998       LAMBERT-VALAT (FRANCE) Classe 3

1999       LAMBERT-FAUCON (FRANCE) Classe 3

2000       VALAT-FAUCON (FRANCE) Classe 3

2001       Non homologué (moins de 3 heures courues)

2002       Tempête, la course n’est pas homologuée car l’absence de voile n’est pas prévue dans le règlement international.

2003      LAMBERT-WARENDEUF (FRANCE) Classe3

2004      GRARD-NOGUIER (FRANCE) Classe 3

2005      DUPRET-MALFOY (FRANCE) Classe 3

2006      GRARD-A.GIRET (FRANCE) Classe 3

2007      Non homologué (Seulement 2 h de courues sur 3h réglementaires)

2008      IMBERT-DEZEURE (FRANCE-BELGIQUE) Classe3

2009      A.GIRET-WARENDEUF (FRANCE) Classe 3

2010      A.GIRET-WARENDEUF (FRANCE) Classe 3

2011      EICKSTADT-VERCAMEN (ALLEMAGNE-BELGIQUE) Classe 3

2012      LEQUETTE - PERRON  (FRANCE) Classe 3

2013      C.TOURON - LAMIAUX (FRANCE) Classe 3

2014      Non homologué (pas assez de vent le samedi et louvoyage non sécurisé le dimanche)

2015      Vous ?




En 1966, les fondateurs de l'Eole Club imaginent de créer la première course d'endurance de char à voile. La marée limitant la durée d’évolution possible sur la plage, le temps de course est fixé à 6 heures, avec 2 pilotes comme aux 24 heures de Mans.

La première année, la course n’a pas eu lieu,  faute de vent. Mais dès l’année suivante, elle connaît un grand succès.  Les frères Demoury, fils du pionnier du char à voile l’emportent.

 

En 1969 et 1970, les superbes victoires de l'équipe Hans Lindermann et

Marc Berlaimont achèvent  de donner à cette compétition sa renommée internationale.  Le regretté Hans Lindermann est resté pour les clubs allemands "Der König von Berck"...

Cette époque voit l'écrasante supériorité des chars de la « Classe 1 », propulsés par 18 m2 de voilure.  Bientôt les «Classe 3 »  et leurs 7,35m2, plus maniables et plus rapides, les détrônent et s'affirment comme les véritables « Formules l » des plages.

 

Chaque année, la légende des 6 Heures s'enrichit de quelques pages remplies de renversements de situation, d'empoignades incroyables, d'incidents et d'accidents, de dominations ou de déceptions. Les vainqueurs sont toujours des champions confirmés.


Les 6 Heures vues par le magazine l'Ecoute en 1981;
Merci bb

Lcoute_n1_p1
Lcoute_N1_page_11
Lecoute_N1_page_12

page_13



Lcoute_page_14


LA LEGENDE

 

 

Cette course est tout simplement la plus ancienne course d'endurance et certainement l'une des plus belles. Son palmarès lui a donné toute sa force et sa renommée. Les meilleurs pilotes européens ont gravi la plus haute marche du podium. La plage aussi  participe à cette réputation. Quand on prend le départ des “6 Heures”, on sait qu'il y aura de la casse et on prie pour que ça n'arrive pas à chaque tour de piste!

 

Les pilotes souffrent, mais le matériel encore plus: la moindre poulie, le moindre boulon mal vérifié,  et c'est l'assurance de faire parti des abandons! Il faut trouver son chemin en fonction de la mer qui monte ou qui descend, ne pas rater les changements de bancs, repérer les "caniveaux", éviter les zones de sable mou, etc.

 

Vous l'avez compris, c'est une course qui demande d’énormes qualités de pilotage. Ce n'est pas forcément le plus rapide qui gagne, mais celui qui sait mettre ses roues là où il faut, quand il faut !  Ajoutez à cela que le départ simultané de 50 (voire 55) engins, véritables bêtes de course, fourni ici l'un des plus beaux spectacles qui soit sur une plage ; que cette plage est probablement l'un des plus beaux stades du monde et vous avez tous les ingrédients qui font de cette épreuve l'événement à ne pas raterque l'on soit pilote ou spectateur !